• Frida

Ne rien laisser derrière soi.


Nous laissons tous une petite trace de nous après avoir quitté ce monde. Nous laissons des petites traces de nous chez les autres, en eux. Nous laissons une trace positive sur le monde : avancées, créations. Une trace positive sur les autres : amour, amitié, moments partagés, moments de bonheur. Mais nous laissons aussi une trace négative sur le monde : pollution, déforestation (entre autres…). Une trace négative sur les autres : mensonges, manipulations parfois, colère, haine, rancœur.


Ce dont on se souviendra de vous, juste après avoir quitté le monde, c’est le positif évidemment « il était si généreux… » et puis peu à peu, après le déni et les éloges, on se souviendra du négatif « mais il s’énervait facilement… ».


Mais le plus important, c’est de laisser la trace qui nous ressemble.


Il ne faut pas avoir peur de la mort et attendre d’être malade pour effectuer de bonnes actions, pour entretenir des relations, pour donner le sourire aux autres. Alors, la petite trace que l’on laisse derrière nous, il ne faut pas attendre d’être mort pour la laisser.


« Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants. » Antoine de Saint-Exupéry.

Il faudrait alors, dans la mesure du possible, laisser la plus petite trace négative sur ce monde. Moins polluer, moins abîmer, laisser place à la nature. A la Réunion, se rouvre le débat « faut-il chasser le requin et commercialiser sa viande ? » il ne faut pas oublier que le requin, dans l’océan indien, il est chez lui. Que la petite bête que tu écrases dans la foret, ou la grosse sur laquelle tu tires pendant la chasse, elle est chez elle. Et quand bien même elle se retrouve dans TON jardin (qui soit dit en passant, n’est pas réellement le tien), elle ne sait pas qu’elle est chez toi !


Vivre aujourd’hui sans voiture, sans ordinateur, sans télévision, sans téléphone portable peut être compliqué, voire impossible. Comment contacter sa famille qui vit loin ? Comment aller faire ses courses ? Se tenir informé de l’actualité ? Nous vivons avec beaucoup plus d’outils technologiques et polluants qu’avant, et c’est « inévitable » mais tu as le choix de prendre une voiture électrique au lieu d’un diesel, tu as le choix d’avoir deux ordinateurs, un téléphone, une télévision, une tablette, une liseuse etc… ou d’avoir un ordinateur, et un téléphone, largement suffisants.


Nous laissons tous une trace dans ce monde, alors autant qu’elle nous ressemble. Mais aussi, autant que la trace positive soit bien plus importante que la trace négative. Mais finalement, le zéro-déchets et le minimalisme, ce n’est qu’amoindrir la partie négative de sa trace, encore faut-il réussir à agrandir la partie positive : inculquer une éducation respectueuse à ses enfants, faire passer des messages positifs autour de soi, apprendre aux autres, pour qu’ils apprennent à leur tour, permettre aux autres de vivre mieux, de vivre heureux.


Il faut tenter de laisser une trace agréable chez les autres, si nous en laissons une. Un sourire dans la rue, une main tendue, un ticket de bus dépanné à un inconnu, une porte retenue, un repas offert… Un cœur ouvert, une oreille attentive, de longues années d’amitié ou une danse endiablée qui ne durera pas. On laisse tous une trace chez les autres, autant qu’elle ne détruise pas.


Le positif ne se trace dans l’histoire heureusement pas que grâce aux avancées technologiques incroyables, aux créateurs de génie, aux ingénieurs. N’oublions pas que la trace positive laissée pour les autres, ne sera pas forcément positive pour le monde entier. Le positif se trace aussi dans l’histoire pour les choses les plus anodines de la vie quotidienne : comme dit précédemment, tu illumineras peut-être la journée de quelqu’un si tu lui souris sans raison, si tu lui tiens la porte ou l’aide à porter quelque chose. Et ce sont peut-être des choses toutes bêtes tous les jours, mais tu seras heureux de donner une pièce dans la rue à quelqu’un dans le besoin, ou même lorsque tu repartiras du restaurant avec le fameux « doggy bag » pour ne pas gâcher…


Non tu n’auras jamais la possibilité de changer le monde du tout au tout… Tu ne pourras jamais forcer les autres à trier leurs déchets et jeter dans une poubelle au lieu du bord de la route… mais si tu arrives à montrer le bon chemin à tes enfants, ils le montreront aux leurs…


Le monde ne sera que meilleur s’il a à se rappeler les bonnes actions des uns que les mauvaises des autres.


Alors, choisis ton camp. Faire comme tous les autres, et comme on a toujours fait, ou essayer de faire mieux ?



55 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
0